Home » Pathologies » Arrière-pied » Pathologie du tendon d’Achille

Pathologie du tendon d’Achille

Indépendamment d’un traumatisme ou d’un excès de sport, une douleur spontanée peut apparaître dans la région du tendon d’Achille. A cet égard, il faut bien distinguer différentes pathologies dont la combinaison peut être possible.

  1. La tendinopathie focale nodulaire

    Symptôme

    Vous ressentez une douleur à 2-5cm de l’insertion du tendon d’Achille sur le calcanéum (talon) et un gonflement particulièrement au sein du tendon ? Alors il se peut que vous souffriez d’une tendinopathie focale nodulaire.

    Causes

    La vraie cause n’est pas connue mais on suppose qu’un tendon minuscule, s’appuyant contre le tendon d’Achille, s’en voit adhéré. La friction entre les deux tendons crée alors des adhérences et de l’inflammation.

    Traitement

    Tout d’abord, de la kinésithérapie associée à une chevillière adaptée sera proposé. Dans la plupart des cas ce traitement suffira. Cependant, si la douleur persiste, une intervention chirurgicale sera possible afin de libérer les zones d’adhérence ce qui en diminuera l’inflammation. L’intervention est généralement réalisée en hôpital de jour. L’opération pratiquée, l’appui est d’emblée repris sur la cheville, en le soulageant à l’aide de béquilles.

  2. La tendinopathie non-insertionnelle

    Symptôme

    La douleur est véritablement ressentie au sein du tendon d’Achille, « à l’intérieure » sauf au niveau de son insertion sur le calcanéum (talon).

    Causes

    La cause n’est pas réellement connue, mais on suppose qu’il s’agit d’éléments combinés comme des troubles de la vascularisation du tendon, des troubles de la guérison tendineuse suite à un traumatisme mineur, des signes de la sénescence, …

    Traitement

    Par un traitement de kinésithérapie bien conduit, la plupart des patients ressentent une diminution des plaintes et retournent à leur niveau sportif antérieur.
    Quelques alternatives sont : l’injection des plaquettes concentrées et/ou l’exécution d’un peignage chirurgical (ce peignage se pratique par des petites incisions au sein de la partie malade du tendon, afin de provoquer un « saignement » et donc une revascularisation tendineuse puis la guérison).

  3. La tendinopathie insertionnelle

    Symptôme

    La douleur est principalement localisée au niveau de l’insertion du tendon sur le calcanéum (talon).

    Causes

    Il s’agit d’une irritation entre la partie terminale du tendon et son insertion sur le calcanéum (micro-fissure, réaction inflammatoire, trouble de la vascularisation…)
    Initialement, une simple radiographie ne montre rien d’anormal. Cependant, avec le temps, certaines parties de l’interface os-tendon commencent à se calcifier. Dès lors, cette partie devient relativement plus rigide par rapport au reste de l’insertion tendineuse, et évolue finalement vers son inflammation.

    Traitement

    Le premier traitement consiste à porter une talonnette, ce qui diminue la tension sur l’insertion tendineuse. Une injection de cortisone ou d’un analogue risque de fragiliser cette insertion et d’entraîner sa rupture. Si ce traitement par talonnette et le traitement par kinésithérapie ne donnent pas le résultat attendu, une scintigraphie peut être parfois proposée afin de rechercher le niveau où se trouvent les calcifications. Comme ces calcifications se situent à l’intérieur même du tendon, la chirurgie à ciel ouvert est la seule façon de les enlever. En fonction de l’intensité, on doit parfois réinsérer le tendon à l’aide « d’un ancre » dans l’ os, et parfois renforcer le tendon en transférant aussi un tendon voisin.

  4. Haglund

    Symptôme

    On retrouve une bursite entre le calcanéum et le tendon d’Achille. La douleur est perçue un peu plus haut que l’insertion du tendon et un peu plus sur les côtés.

    Causes

    Cet espace, qui est normalement très fin, se voit enflammé et tuméfié par un frottement excessif.

    Traitement

    Une talonnette permet quelque peu d’éloigner le tendon de l’os, limitant ainsi le frottement entre eux. Associer à une kinésithérapie, on obtient dans la plupart des cas à une guérison de cette « Haglund disease ».
    Ce traitement n’est cependant pas toujours suffisant et la chirurgie peut être proposée afin de limiter ce conflit. On peut proposer:

    • Nous préférons réséquer le conflit osseux par arthroscopie car la récupération est plus rapide après l’intervention,
    • La chirurgie ouverte permet aussi de supprimer le conflit et la bursite.
    • Une autre technique consiste à supprimer le conflit par une ostéotomie. Cependant, cette procédure entraîne une revalidation de plus longue durée, car on est obligé de fixer les deux fragments osseux à l’aide d’une ou deux vis et la consolidation n’est obtenue qu’après 6 semaines au minimum. La décharge de la cheville durant six semaines est nécessaire et nécessite souvent une immobilisation dans un plâtre.